jeudi, 21 mars 2013 00:00

Saint-Jory est il vraiment en France ?

 

Si l’on regarde ce qui se passe en France aujourd’hui, et que l’on analyse les résultats des dernières élections municipales à Saint-Jory, il est vraiment possible de se poser la question.

Ce Week-end, dans l’Oise se sont tenues les élections législatives partielles qui avaient été invalidées en Juin. A cette époque, le candidat UMP ‘Jean-François Mancel’, était arrivé en tête, suivi par la candidate PS ‘Sylvie Houssin’. Mais de Juin à aujourd’hui, le moins que l’on puisse dire, c’est que le temps a changé. Pour ces dernières élections, la candidate PS n’a même pas pu dépasser les 12,5%. De ce fait, elle ne peut se présenter au second tour. C’est un changement radical. La candidate a annoncé « C'est le signe qu'une partie de nos concitoyens sont dans le désarroi, qu'ils ne perçoivent pas encore suffisamment la politique menée par (François) Hollande ». En résumé, elle nous explique, tout comme les membres du gouvernement actuel, qu’il y a 65 millions de gens qui n’ont rien compris et qu'une poignée d’hommes et de femmes du PS sont des génies, mais que, comme nous sommes trop cons pour comprendre, nous ne votons pas pour eux. C’est fantastique !

Le fossé entre le PS (gouvernement en tête) et les Français est tel, que certains analystes politiques s’inquiètent même d’une probable forte montée des extrêmes (droite et gauche) pour les prochaines élections de mars 2014.
C’est vous dire à quel point le rejet de la gauche a pris de l’ampleur en dix mois de présidence.

Mais chez nous, à Saint-Jory, cela ne ce passe pas toujours comme dans le reste du pays. D’un côté, je suis fier d’habiter dans un village qui ne suit pas bêtement le troupeau, et d’un autre côté je me dis que parfois le troupeau ne prend pas toujours le bon chemin, et là, cela devient plus inquiétant.
Lors des dernières élections municipales à Saint-Jory, 40% des électeurs ont voté pour ‘la gauche’. Certes, Mr Miguel n’était pas un candidat PS, mais un ‘Divers Gauche’, c’est sensiblement la même chose. Si cela n’a pas la même odeur, ça en a la même couleur. Pendant 10 ans, il ne s’est rien passé ou presque dans la commune. Tous les chantiers importants ont été lancés un an avant les élections. C’est ce que l’on appelle « faire de la politique à la perlin-pinpin ». Les électeurs n’y ont vu que du feu. Ils se sont fait berner par un programme fait dans l’urgence, qui a juste eu le temps de sortir une semaine avant les élections. Avec des promesses, des plans, des immeubles, un village tout neuf, alors que pendant dix ans ça a été le désert.

Je ne peux me résigner à croire que pour les prochaines élections, les Saint-Joryens n’ouvriront pas les yeux comme le reste de la France.

PELLEGRINELLI FREDERIC