samedi, 20 avril 2013 13:29

Boston / Toulouse : le choc des cultures!

J’ai été frappé ce matin devant l’écran de ma télé, lorsque j’ai vu des scènes de liesse à Boston après l’arrestation du deuxième terroriste présumé des attentats. Pour faire simple, on peut dire que, aux Etats-Unis, lorsque la police arrête une personne qui a commis un attentat, les Américains vont dans la rue pour hurler leur satisfaction avec des drapeaux de leur pays sur le dos, et couvrent d’éloges les policiers qui les ont débarrassés de cette menace.
Quant au chef de l’état, il a remercié chaleureusement le chef de la police qui a mené cette opération. Je ne serais pas étonné qu’il y ait quelques médailles dans l’air d’ici quelques jours.

 

En France ? C’est légèrement différent. Certes, après les meurtres à Toulouse d’enfants et de militaires par… vous savez qui... ( je me refuse à marquer son nom car plus tôt ce nom sera oublié, mieux ce sera.) Donc, après que le 'monstre' de Toulouse ait été tué par la police, certes une majorité de Toulousains étaient soulagés et bien contents que la police l’ait stoppé. Mais dans les quelques heures qui suivirent, sur Facebook, apparaissait une page en son hommage avec plus de mille inscrits. Quelques jours après, c’est son père qui déposait plainte contre la police Française parce qu’ils avaient tué son ‘p’tit enfant adoré’ (qu’il n’avait pas vu depuis plus de 15 ans, mais bon… maintenant c’était devenu son enfant chéri).

 

Il y a quelques jours, le chef du Gign qui a mené l’assaut a été ‘remercié’ et mis sur une voie de garage... Et aujourd’hui, certains responsables du gouvernement accusent la police de négligence parce qu’ils ont mis un pruneau dans un assassin qui leur tirait dessus.

Dans les deux cas, il y a eu des remerciements, mais sous des formes bien différentes. Je crois que tout est dit !!!


PELLEGRINELLI FREDERIC