vendredi, 12 juillet 2013 09:18

Le maire de Saint-Jory voit rouge!

A peine a t’il repris le pouvoir, que le maire de Saint-Jory retombe dans ses travers ancestraux, en appliquant des méthodes dignes du régime soviétique à la grande époque (si on peut considérer que celle-ci était vraiment grande). Lors du dernier conseil municipal du jeudi 11 juillet 2013, le maire a présenté un règlement intérieur très particulier. En substance, celui-ci propose que : Les interventions des conseillers municipaux ne dépassent pas les cinq minutes. Le maire s’octroie le droit de couper la parole et de faire cesser celle-ci s'il considère que le
conseiller qui parle est ‘hors sujet’. La taille de l’espace d’expression des différents groupes est proportionnelle au résultat des dernières élections. Etc, etc…

 

Pour faire simple, Mr Avelanna qui est seul au conseil, n’a même pas suffisamment d’espace pour exprimer la moindre idée de façon correcte tellement son espace est restreint. Si ce règlement intérieur avait été voté plus tôt, le vote du budget qui a fait passer l’endettement de la commune de 3.6 Millions d’Euros à plus de 7 millions d’euros aurait pris 10 minutes. C’est ce que l’on appelle, la "démocratie à la Miguel".

 

Mais ce jeudi soir, ce n’était pas le jour de chance du maire, non, celui-ci a expliqué qu’il s’était inspiré des règlements intérieurs de communes alentours, et là, pas de bol, Mr Valente de la liste ‘unis pour agir’ s’était procuré les règlements intérieur de nombreuses communes alentours et, comme prévu, cela n’avait rien à voir avec ce que proposait le maire. Lors de ce conseil municipal, le maire a repris ses crises d’autoritarisme aigues en s’agaçant qu’une personne de sa liste discute avec des personnes des autres listes, alors à plusieurs reprises, il a proposé des interruptions de séance, et lorsque les conseillers ont accepté, le maire leur a répondu « non ! ». C’était du grand n’importe quoi.

 

Et comme tout ceci ne suffisait pas, en fin de séance le maire n’a accepté d’écouter les questions du public mais uniquement des gens qu’il lui convenait. Plus le temps passe, et plus les conseils municipaux à Saint-Jory font penser à des méthodes d’une autre époque, en complète contradiction avec l’évolution de notre société. Je ne peux m’empêcher de penser à cette citation de Lord Emerich Acton : Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument.

PELLEGRINELLI FREDERIC