vendredi, 18 octobre 2013 16:52

Un Eldorado pour 'Promologis'.

Il est assurément venu le temps de faire le bilan sur ce que l’on peut appeler « l’affaire Promologis ». Pour mieux comprendre, revoyons ensemble tous ces évènements anodins qui, une fois mis bout à bout, font naitre un étrange sentiment de suspicion. Tout a commencé par la prolifération des panneaux ‘Promologis’ dans Saint-Jory, puis de l’absence totale de concurrence dans la commune. Ensuite, il y a eu cette question de Mr Gury posée au maire lors d’un conseil municipal ; « Pourquoi prêt de 100% des ‘terres’ et des ‘maisons’ vendues par la municipalité pour des logements sociaux, le sont au profit de Promologis ? ».

Le maire avait répondu dans un premier temps de façon floue. Puis lorsque Mr Fourcassier a insisté, le Maire a alors essayé d’argumenter en expliquant en substance que donner le monopole à un seul bâtisseur déjà présent sur Saint-Jory, c’était mieux, car « Promologis connaissait déjà le village ». Comme dirait La Palisse, effectivement, si tu donnes une partie du village à quelqu’un, il le connaitra mieux. J’avais trouvé (moi comme d’autres dans le public) cette réponse un peu ‘légère’, par rapport aux risques qu’encourt le village à donner le monopole des logements sociaux à une seule et unique entreprise.

Pour une mairie, avoir des entreprises en concurrence sur un même marché, cela facilite (en cas de problèmes notamment) les discussions. Toutes les communes, en commission d’appel d’offres ou en délégations de services publics, font jouer la concurrence dans tous les domaines pour faire rentrer de l’argent dans les caisses de la commune. Récemment, Mr Miguel a déclaré qu’il ne comprenait pas pourquoi il y avait suspicion par rapport à Promologis, car ces derniers étaient « des amis de 25 ans ». A titre personnel, je trouve que cette réponse met plutôt de l’huile sur le feu plutôt que calmer les esprits.

Alors une question me vient à l’esprit, « pourquoi la mairie veut elle autant de logements ‘Promologis’ dans notre commune ? Serait-ce le nombre de logements ‘Promologis’ qui l’intéresse ? Un évènement m’y fait penser. Lors du dernier conseil municipal de juillet, une personne présente dans le public a demandé en fin de séance, comment il se faisait qu’une modification du PLU ait été effectuée par la mairie, faisant passer de 20 à 60 le nombre de logements sur le terrain de La Palanque. La réponse du Maire Henri Miguel et de son premier adjoint Richard Donnadieu, adjoint à l’urbanisme, a été un savant mélange de ‘flou artistique’ et de ‘mauvaise foi’, avec des phrases telles que : « ah bon ? Nous ne sommes pas au courant ».  Ensuite, ce sont des élus, Mr Avellana et Mr Fourcassier qui ont creusé la question en insistant sur ce sujet, qui amenait inexorablement à la même réponse naïve, pour ne pas dire niaise, de Mr Miguel et Donnadieu, « ah bon ? Le PLU a été modifié très favorablement pour Promologis ? Et cela ne correspond pas à ce qui a été voté par le Conseil Municipal pour la vente du terrain à Promologis ? Nous allons nous renseigner sur ce sujet ».

Il est autant impensable qu’impossible, que le maire et Mr Donnadieu (responsable du PLU), ne soient pas au courant, car ce sont obligatoirement eux qui ont fait cette demande. Mais que penser lorsque l’on s’aperçoit que dans le résumé officiel du dernier conseil municipal (contrôlé et validé par le maire), les interventions du public et des élus sur ce sujet n’ont pas été retranscrites. Cela veut dire qu’officiellement ce sujet n’a jamais été traité. En somme, si je ne me faisais pas l’écho de cette interrogation, il n’y aurait aucune trace écrite de cet évènement.

Au final, c’est le ‘Grand Toulouse’ qui a mis un terme à cette intrigante affaire. En effet, suite à l’intervention écrite d’Unis Pour Agir déposée par Thierry Fourcassier auprès du Commissaire Enquêteur, le chiffre de 60 logements pour Promologis est retombé à 25 dans la modification du PLU cet été. (voir la totalité du rapport officiel en ligne) Les habitations ne devront donc pas dépasser les 25. Cette tentative de Mr Miguel et Donnadieu est tombée à l’eau grâce au ‘Grand Toulouse’, tout un symbole, Et dire que certains trouvent que le ‘Grand Toulouse’ est une mauvaise chose pour Saint-Jory, je ne suis pas convaincu que le problème soit là.

Pellegrinelli Frédéric