jeudi, 24 octobre 2013 23:05

Le silence des agneaux.

Un conseil municipal a eu lieu ce mardi 22 octobre à la mairie de Saint-Jory. Au lieu de vous donner des détails sur les sujets qui ont été traités, je préfère vous donner l’ambiance générale du simulacre de conseil municipal qui se déroule systématiquement à Saint-Jory.

Pour mémoire, je tiens juste à rappeler qu’un ‘conseil municipal’ est le lieu où les décisions qui influent sur notre quotidien sont prises. De par la logique des choses, c’est la concertation qui apporte les solutions, une seule personne ne peut avoir toutes les réponses, sauf… à Saint-Jory. Je m’explique, depuis les dernières élections municipales, nous en sommes au 7ème conseil municipal. Les membres de la majorité n’ont parlé durant toute cette période que 10 minutes maximum, et encore, si je retire les interventions demandant de, soit « parler moins fort », soit « parler plus vite », ou encore de « se dépêcher car demain j’ai du boulot », nous devons tomber au maximum à 5 minutes.

Seul le maire et parfois accidentellement son premier (et peut être dernier) adjoint, s’est aventuré à lancer quelques phrases, du style « oui, je suis adjoint à l’assainissement, mais si vous voulez des explications sur l’assainissement, allez les demander à Toulouse, je ne suis pas un facteur » (véridique). Entre nous soit dit, les 800€ qui lui sont alloués tous les mois pour ne pas faire le facteur, auraient pu franchement servir à autre chose. De toute façon, s’il avait voulu être facteur, cela aurait été pire, vu que Mr Fourcassier lui a demandé par lettre enregistrée en mairie, des documents sur l’assainissement de Saint-Jory le 10 juillet, et qu’à ce jour les deux ou trois photocopies que cela engendrerait pour y répondre ne sont toujours pas arrivées dans la boite aux lettres de Mr Fourcassier.

 

Mais revenons à nos moutons, du moins ceux de la majorité, ils ont voté successivement en six mois : La disparition de plusieurs commissions municipales (essentielles, car étant le lien entre les habitants et la mairie), la restriction du temps de parole des élus de l’opposition, un délai de 48heures obligatoire à ceux-ci pour poser des questions auxquelles le maire n’est pas obligé de répondre et, depuis 2 conseils, la disparition du droit au public de poser des questions en fin de séance aux élus.

Pour finir cet article, je vous donnerais la ‘phrase du jour’ signée Mr Miguel, ancien commercial d’une grande entreprise de BTP (tiens donc) et représentant officiel du Parti socialiste : S’adressant aux membres de l’opposition lors de ce conseil municipal « Comme de toute manière vous allez, soit vous abstenir, soit pas le voter, je crois que l’on peut passer directement au vote ». Cette déclaration a créé un tollé, certains élus ont quitté la séance, le public à manifesté son indignation, mais le maire a attendu que ça se calme, puis a repris comme si de rien n’était. Mesdames messieurs les nouveaux arrivants, bienvenue à Saint-Jory !

Pellegrinelli Frédéric