vendredi, 07 février 2014 11:24

Tentative de ‘Putsch’ à la mairie de Saint-Jory ?

Effectivement, il est légitime de se poser cette question à la vue du tract qui a été distribué il y a quelques jours dans nos boites à lettres. On y voit en première page, le maire actuel expliquant qu’il ne se représentera pas et, en troisième page, quelques lignes expliquant timidement que Donnadieu sera la tête de liste de ‘Ensemble continuons’. C’est du ‘jamais vu’, ce n’est pas la personne qui brigue le poste de maire qui présente sa candidature, mais un membre de sa liste qui le fait pour lui, on croit rêver.

C’est bizarre tout ça ! A moins que… tout ceci ne soit pas bizarre mais une stratégie. Il faut savoir que pour ces élections, les Saint-Joryens (tout comme les électeurs des communes du ‘grand Toulouse’) vont effectuer deux votes en un seul.

Pour Saint-Jory, ils vont voter pour un maire, mais aussi pour un représentant accompagné d’un suppléant qui représenteront leur commune au ‘grand Toulouse’, et ces deux personnes doivent être obligatoirement le premier et le second de la liste. C’est en constatant que Miguel et Donnadieu ne parlaient jamais de tout ceci que la puce m’est venue à l’oreille.

Il faut savoir que le pouvoir du responsable au ‘grand Toulouse’ va être très important, il pourra agir sur le P.L.U, l’urbanisme, l’assainissement, les voiries etc… Cette personne aura plus de pouvoir potentiel que le maire en place. Mais Miguel est un malin, et Donnadieu un bon associé, alors voici une explication à cet énigme électorale Miguel/Donnadieu Donnadieu/Miguel. Si par le plus grand et improbable des hasards, la liste ‘ensemble continuons’ (qui du coup porterait bien son nom) était élue avec Donnadieu en tête de liste, celui-ci aurai tout à fait la possibilité de céder le pouvoir de siéger à Toulouse à un membre qui se trouverait juste après les deux premiers sur la liste, au troisième donc.

En bref, si Miguel se trouve en troisième place sur la liste de Donnadieu tout deviendra clair. Du coup, les deux compères assouviraient encore à loisirs leurs vieux phantasmes, pour l’un, être maire et pour l’autre, ouvrir et fermer les terrains à qui il veut (Promologis par exemple) sans avoir les inconvénients de gérer une mairie. A partir de ce moment là, la phrase de Miguel dans le dernier tract prend tout son sens « le besoin de me fixer de nouveaux challenges ».

Imaginez, Miguel aux manettes du PLU à Toulouse, alors que, il y a quelques mois le commissaire enquêteur désigné par le tribunal administratif a relevé un manque flagrant de concertation de la part de la mairie, et a aussi relevé l’abus de blocage de terrains à certaines personnes désignées sur la commune. Bien évidemment, le hasard, pas incertain celui-là, fait que les terrains incriminés sont détenus par… des opposants à Miguel.

Imaginez Miguel avec plus de pouvoir sur le PLU ! J’en tremble ! Mais tout ceci ne peut arriver uniquement que si le tandem PS Donnadieu/Miguel est élu, ce qui n’est pas fait, on en est loin et heureusement !

PELLEGRINELLI FREDERIC